/ / OLGA, HISTOIRE DE FAUSSE COUCHE: «IL NOUS FALLAIT CE PARCOURS DE COMBATTANT AFIN D’AVOIR FINALEMENT NOTRE BÉBÉ»
 
       
 

OLGA, HISTOIRE DE FAUSSE COUCHE: «IL NOUS FALLAIT CE PARCOURS DE COMBATTANT AFIN D’AVOIR FINALEMENT NOTRE BÉBÉ»

OLGA, HISTOIRE DE FAUSSE COUCHE: «IL NOUS FALLAIT CE PARCOURS DE COMBATTANT AFIN D’AVOIR FINALEMENT NOTRE BÉBÉ»

La plus haute vocation de chaque femme, la plus grande valeur et le plus grand bonheur est la maternité. Malheureusement, tout n’est pas toujours comme on veut. Notre patiente Olga aspirait obstinément à sa maternité pendant une longue période de 13 ans. Elle acceptait patiemment tous les coups du destin, elle n’a jamais perdu d’espoir de voir naître un bébé aussi attendu. Et le miracle est arrivé! Mais avant – deux grossesses arrêtées, de nombreux diagnostics et un traitement continu sans résultat...

L’histoire de notre héroïne est un exemple pertinent pour ceux qui, comme elle, surmontent le problème de la fausse couche. Olga raconte très franchement et sincèrement ce qu’elle a vécu, et tient son fils dans ses bras:

«L’histoire de notre famille a commencé il y a 15 ans, quand une jeune étudiante et une jeune étudiant ont décidé d’unir leurs cœurs. Après environ trois ans de vie commune, nous étions prêts d’avoir un bébé, mais tout s’est avéré pas si simple... Les deux années d’effort n’ont malheureusement pas donné de résultat escompté. Nous avons commencé à consulter des médecins qui, selon les résultats des examens superficiels, ont déclaré: «Tout va bien! Essayez encore».

Après 5 ans, ma première grossesse tant attendue est arrivée, et nous étions ravis. Mais quand à 16 semaines j’ai subi une échographie prolongée, la terrible nouvelle nous attendait: «La grossesse arrêtée, les deux fœtuses ne sont plus vivants...» À ce moment, il me semblait que je ne survivrais pas à cela... Il est très difficile de décrire ce qui m’arrivait, c’est douloureux de le rappeler.

Encore des visites chez les médecins, des tests, un traitement et après 3 autres années – un miracle! La deuxième grossesse. Quand, à la septième semaine, je suis venue me faire examiner, le médecin, après l'échographie, a prononcé la phrase la plus terrible: «La grossesse arrêtée ...» Et cet enfer s’est produit à nouveau. Je ne comprenais pas comment cela pouvait m’arriver et surtout pourquoi ça se répétait... Et encore les examens de routine, le cercle vicieux, les conseils d’aller voir un médecin, puis un autre.

Nous étions chez un assez grand nombre de gynécologues, d’urologues et de généticiens. Personne ne pouvait dire pourquoi cette histoire se répète chez nous. Des tas de tests et des traitements inutiles prescrits par presque tout le monde, et presque tout le monde disait que nous n’avions rien de grave et promettait le bon avenir.

Le moment est venu où nous avons décidé que nous étions prêts pour une action décisive, c’est-à-dire pour la FIV, parce que nous n’avions tout simplement pas la force pour encore des traitements. Ma gynécologue a recommandé la clinique ISIDA. C’était la 13e année de notre mariage. Nous avons passé un petit examen - et sont immédiatement entrés en campagne.

Dieu merci, on a réussi la première fois. Après le transfert, je ne sortais pas du lit pendant une semaine, j'avais peur que quelque chose se passe mal. Une semaine plus tard, j'ai fait un bilan et obtenu un résultat positif. Je me suis immédiatement inscrite chez le médecin, et la joyeuse nouvelle a été confirmée. C’était incroyable!

Naturellement, nous sommes venus à ISIDA pour le suivi de la grossesse, et nous avons décidé d’y observer la grossesse. Nous avons été ravis du professionnalisme des médecins, des options de la clinique et surtout, de la cordialité du personnel. Le soutien que nous avons reçu est inestimable! On vous traite comme une proche, on s’inquiète pour vous, on se félicite avec vous.  

La grossesse s’est très bien passée, j’ai vraiment apprécié cette période. Au cours de ma grossesse, j’ai activement utilisé les services de la clinique: j’ai assisté à divers séminaires qui aident vraiment après la naissance d’un bébé, j’ai reçu des conseils très utiles d’un nutritionniste, d’un spécialiste de l’allaitement. J’étais 100% prête pour l'accouchement, et je pensais que si ma grossesse était facile, l’accouchement serait parfait.

Mais c’était pas le cas. Nous n’avons pas réussi nous-mêmes, nous avons dû faire une césarienne. Et me voici en soins intensifs, mon bébé a été emmené en thérapie intensive... J’ai eu peur... Lorsque le bébé a été transféré dans ma chambre et qu'il nous a fait le premier sourire, c'était la meilleure chose qui puisse nous arriver. Le bébé est parfait. En le regardant, je comprends que nous avons dû parcourir tout ce chemin pour rencontrer un vrai bonheur.

La naissance d'enfants est le plus beau cadeau du destin! Quand vous vous réveillez le matin parce que le bébé s’est réveillé, quand vous le regardez et il vous sourit, c’est du bonheur indicible! J’espère vraiment que mon histoire poussera les couples à prendre des mesures décisives. N’ayez pas peur de la FIV et ne perdez pas de temps, car les résultats positifs sont inestimables! Bien entendu, nous allons à ISIDA au moins encore en fois: nous avons déjà un prince, et il nous faut une princesse».

Chères filles, rappelez-vous que si vous avez eu un problème similaire, vous pouvez toujours faire appel à des experts de la clinique ISIDA. L’expérience considérable de nos spécialistes, l’utilisation des technologies et des méthodes de traitement de pointe, ainsi que l’orientation vers un résultat positif – avec tout ça votre miracle tant attendu peut se révéler, contrairement à toutes les prédictions néfastes.