/ / LA FAUSSE COUCHE: LA VÉRITABLE HISTOIRE DU PATIENT CLINIQUE ISIDA
 
       
 

LA FAUSSE COUCHE: LA VÉRITABLE HISTOIRE DU PATIENT CLINIQUE ISIDA

LA FAUSSE COUCHE: LA VÉRITABLE HISTOIRE DU PATIENT CLINIQUE ISIDA

L'interruption spontanée de la grossesse désirée est une tragédie dans la vie de chaque femme, et si cela se répète  plus d'une ou deux fois, alors même la personne la plus forte peut perdre courage.  Dans ces circonstances, la chose la plus importante est de ne pas perdre l'espoir et la confiance en soi, d'aller de l'avant et de ne pas être livré à soi-même face à sa malheur.

C’est exactement ce que notre patiente de nationalité kazakh, А., a fait, qui est la mère de deux filles charmantes, et réside actuellement avec sa famille à Moscou. En parlant de la façon dont elle a réussi à faire face au problème de la  fausse couche, А. ne tirait pas intentionnellement ses dossiers médicaux, elle voulait que l'histoire parle de ce qui restait dans son cœur:

«Notre histoire est inhabituelle et vraiment bénie par Dieu. Le début, cependant, est habituel: moi et mon mari, nous nous sommes mariés et nous avons donné naissance à une fille.  J’ai eu des problèmes rénaux, c’est pourquoi notre fille est née par césarienne. Quand la fille aînée est allé à l’école, nous avons donc commencé à réfléchir à la deuxième enfant. J’étais déjà enceinte quand nous avons déménagé à Kiev. Nous vivions bien et attendions avec impatience la naissance de notre deuxième bébé. Mais 6 mois après, l’enfant s’est mort à un stade très avancé de ma grossesse... Nous avons vécu un véritable cauchemar.

L’année suivante, je suis tombée à nouveau enceinte des jumeaux.  Et quand j'étais enceinte de 5 mois, il m'est de nouveau arrivé le malheur: j’ai perdu mes enfants... Au cours de ces jours terribles, j’ai rencontré une femme mûre et sage, qui était le médecin généraliste. Elle m’a donné un conseil très utile: elle ma dit qu’il faut trouver un bon médecin qui s’occupera de nous  dès les premiers jours de la grossesse jusqu’à la naissance d'un enfant. C'est alors que j'ai pris un rendez-vous avec Khajylenko Ksenia  Guéorguievna.

En communiquant avec Ksenia  Guéorguievna,
je ne cesse de m'étonner de sa méthode de travail inhabituelle. Elle, qui travaille comme un détective professionnel, a identifié quatre de mes principaux problèmes. Le premier est une suture interne a été très mal cousu après la césarienne et j'ai une affreuse cicatrice. Le second est un syndrome des antiphospholipides, le troisième est une perturbation du système immunitaire, c'est-à-dire mon organisme rejette le fœtus comme le corps étranger. Le quatrième problème est un endométriose et une mémoire des cellules».

Après le traitement prescrit, А.  a dû quitter l’Ukraine avec son marie et sa fille. La jeune fille a strictement suivi les instructions du médecin, en maintenant constamment le contact en ligne avec Ksenia Guéorguievna:

Nous vivions dans un autre pays, elle n'avait aucun intérêt financier à notre égard, elle s’occupait de nous  sur son altruisme et son enthousiasme personnel. Nous lui avons envoyé les résultats de tous les tests, elle les a regardé et nous a dit ce qu'il faut faire. Dans de telles conditions, nous avons réussi à atteindre le septième mois de la grossesse. Je me souviens quand j'ai demandé de faire la césarienne à ce stade de la grossesse. «Qu'il naisse, alors qu'il est toujours vivant.!», – j'ai demandé. Mais nous avons décidé d'attendre un peu plus, au moins quelques semaines. Pendant ces deux semaines j’ai eu des problèmes rénaux. Et un jour, en prenant une douche, j’ai réalisé que j'étais debout dans une cabine de douche qui est toute couverte de sang. J'ai réussi à appeler mon mari, et j'ai eu le vertige. Mon mari a appelé une ambulance, a regardé dans la chambre de sa fille et l'a dit:  «Ne sors pas de ta chambre quoi qu'il arrive».

Je me suis allongée sur le lit avec la seule pensée: si mon enfant meurt, je  mourrai avec lui. Les femmes qui ont survécu à la grossesse arrêtée,  pourront me comprendre. C'est si effrayant quand votre enfant meurt à l'intérieur de toi. C'est une telle douleur, un tel vide! Tu ne peux pas te le pardonner, tu te tourmentes et tourmentes tes proches, tu pries et sors de cet état en faisant des efforts considérables, mais à moitié mort. Une partie de toi meurt avec ton enfant... Dans ces minutes,  j'ai réalisé que je n’étais pas assez fort pour survivre à la mort d'un autre bébé, que je ne pouvais plus me relever et recommencer à vivre.

Le fait que les médecins agissaient très rapidement les a aidés à me sauver. Le lendemain matin, je me suis réveillé après l'opération et on m'a apporté ma fille, un enfant dont les traits du visage sont complètement asiatiques, mais ses yeux sont bleus. C'est vraiment un enfant qui est un don de Dieu... Je ne peux vous dire à quel point je suis reconnaissante à Ksenia Guéorguievna. C’est une belle femme intelligente et forte, qui nous a vraiment aidé beaucoup. C'est juste un professionnel incroyable qui suit de la grossesse si minutieusement, sérieusement, attentivement ce qui a pour effet de venir au monde un vrai miracle.  Notre miracle, notre fille a déjà 6 ans. Elle est une bavarde, une vrai belle, et un condensé incroyable d'énergie positive.

Je veux dire à ces filles qui ont aussi i vécu l'horreur d'une fausse couche, la mort de leur enfant: «Ne désespérez pas!» Quand tu veux vraiment un enfant, son âme est déjà près de toi. Et il ne reste qu’à prier et cherchez un professionnel qui peut aider cette âme à venir au monde. Nous avons trouvé une telle personne. C’est Ksenia Guéorguievna Khajylenko. Bénie soit la terre ukrainienne, bénie soit la clinique ISIDA et Ksenia Guéorguievna qui nous ont donné un telle bonheur».

La fausse-couche est un problème grave, accompagné d'un stress énorme, mais il peut être résolu. Dans une telle situation, il est indispensable que les gens aimantes et attentionnées, ainsi que le spécialiste compétent qui prescrira l'examen médical nécessaire pour déterminer les raisons qui ont conduit à l'issue défavorable de la grossesse, et prescrira le schéma correct de traitement à l'avenir pour la survenue réussie et le déroulement de la grossesse suivante, qui aboutira à la naissance de l’enfant souhaité, soient près de vous. Nous espérons que l’histoire de la madame A. inspirera les filles, qui ont rencontré ce terrible problème, à ne jamais désespérer et continuer à se battre pour leur petit grand bonheur!