/ / "Enfant est avant tout!" est un concours-confession sur les choses les plus intimes
 
       
 

"Enfant est avant tout!" est un concours-confession sur les choses les plus intimes

"Enfant est avant tout!" est un concours-confession sur les choses les plus intimes

Rien ne rendra une femme plus heureuse que de devenir mère.  Malheureusement, le chemin à ce rêve le plus cher est souvent difficile, et beaucoup de couples mariés ont des difficultés à concevoir un enfant. C'est un test douloureux de la force de l'esprit et de la croyance au miracle mais pas tout le monde peut le passer avec succès.  Tout au long des 25 dernières années du travail de la clinique ISIDA et de l'élaboration efficace plus de 22 470 programmes de la FIV, nous pouvons dire avec certitude qu'il ne faut pas baisser les bras et abandonner sa rêve d'un petit bonheur.

Il y a toujours de l'espoir - c’est avec ce message que la clinique ISIDA en coopération avec la chaîne de télévision ukrainienne ont lancé un concours-confession "Enfant est avant tout!" Tout cela a été fait afin que chaque couple marié, qui rêve d’un bébé, puisse partager avec nous l'histoire de leur rêve le plus cher de devenir parents et d’avoir la chance de participer au programme de FIV.  L'histoire touchante d'Elena V. sur la lutte menée de longue date pour son rêve principal de sa vie ne pouvait pas nous laisser indifférents:

«Probablement, il n’y a rien de spécial dans mon histoire. Je suis une femme ordinaire, je ne souffrait pas de graves maladies, je ne faisait pas des avortements, je n’avait pas plusieurs partenaires sexuels. Et peut-être que je n'ai jamais vraiment voulu devenir une femme ... Mais j'ai toujours rêvé d'être maman! Quand j'ai eu 19 ans, je me suis mariée et j'ai immédiatement commencé à rêver du bébé, malgré qu'il n'y avait pas assez d'argent pour nous deux, et notre famille vivait modestement, d'un salaire à un autre. Mais j'ai décidé que ma grand-mère, avec qui je vivais à l'époque, s'occuperait de son arrière-petite-fille et je retournerais  travailler. Toutefois, la grand-mère est bientôt morte, et je n'arrivais toujours pas à tomber enceinte. Six mois plus tard, je suis allé chez un gynécologue pour la première fois. Le médecin m'a dit de ne pas s'inquiéter et que c'est normal après avoir pris des comprimés hormonaux et que tout se passerait bien dans un an.

Cela n'a pas été le cas. Après nombreux visites chez les médecins, on m'a prescrit des hormones et  je me suis mise à prendre du poids assez vite. Tous les médecins m'ont dit que je n'avais aucun problème de santé, ils m'ont constamment forcé à subir de nombreux examens médicaux et à faire tout un tas d'analyses mais cela n'a pas donné les résultats escomptés. Ça a duré pendant 12 ans. Pendant ce temps, toutes mes es amies, mes parentes et même mes nièces ont donné naissance à des enfants. Certaines d'entre elles ont déjà eu deux enfants. Nous avons eu un peu du mal à communiquer avec elles. Elles n'arrivaient pas à nous comprendre. Tout le monde parlait seulement des enfants. Et pour nous ce n'était qu'un rêve.

Bien sûr que j’ai le filleul, c'est le fils de ma sœur, il a 6 ans et je l'aime beaucoup. Mais j'espère quand même que je pourrai donner naissance à mes propres enfants. Bien que je comprenne qu’il soit de plus en plus difficile de le faire. D'ailleurs,  une fois, quand sa mère était à la maternité de l'hôpital après la naissance de sa fille cadette, il m'a demandé: "Savez-vous d'où viennent les bébés? Demande à ma mère, et je veux que vous ayez un bébé et que vous soyez aussi le maman, et Yarik (mon mari) soit un papa! D’une part ça me touche beaucoup, mais d’autre part, ça me fait mal de le pour entendre.

L'année dernière, nous avons sérieusement réfléchi à ce problème. Nous avons passé tous les tests nécessaires, nous avons même fait l'insémination. Ça n'a simplement pas fonctionné. En janvier, nous nous préparions à la FIV en cycle naturel. Mais cette tentative a également échoué. Maintenant nous avons décidé de collecter de l'argent pour la procédure de FIV habituelle. Mais pendant que nous ayons collecté de l’argent, les prix de tous les services ont de nouveau augmenté. Et nous collectons à nouveau de l'argent, et nous faisons à nouveau les tests, mais déjà à la clinique ISIDA. J'espère vraiment que cette fois nous réussirons parce que les enfants sont la meilleure chose qui existent dans notre vie! Et mon cœur me dit que c'est la meilleure chose à faire…"

Après avoir appris qu'elle a gagné le concours, Elena V. ne pouvais pas y croire.

"J'ai écrit cette confession pour la première fois, et pour être honnête, je ne pensais pas que je prendrais la première place, - se rappelle Elena V. - Ce concours est très bon parce qu'il donne non seulement de l'espoir à une femme, mais il permet également de comprendre que beaucoup de gens         se retrouvent dans cette situation. C'est juste après que j'ai appris sur la victoire au concours, nous avons fait la FIV qui ...  a réussi! Maintenant, je suis enceinte et j’en suis heureuse. Je suis vraiment reconnaissante à la clinique et à mon médecin traitant parce que je n'ai jamais ressenti une telle approche professionnelle et une attitude chaleureuse envers moi au cours de 12 dernières années de traitement."

"Quand Elena est arrivée à l'ISIDA, il est devenu évident qu'elle était une vraie combattante», - raconte le médecin gynécologue obstétricien Ksenia Khazhilenko. - Lena était déterminée et n’hésitait pas à agir sans perdre une minute сe qui distinguait cette femme des autres patients. En tant que sa médecin traitant, je peux vous dire que sa confiance dans son succès nous a aidé saisir toutes les chances à 150% ce qui lui a donné la possibilité de tomber enceinte  dès la première tentative.

Cette histoire heureuse est un exemple frappant de ce que les miracles se produisent, il faut juste croire fortement en eux. Rappelez-vous que l’espoir est le meilleur remède de tous ce qui sont connus!